Cryothérapie ( la thérapie par le froid )

 

La cryothérapie est utilisée depuis la nuit des temps dans le traitement de traumatismes. L’utilisation de glace et de neige comme technique thérapeutique à déjà été signalée par Hippocrate (460 – 377 avant J.C.).
La méthode d’application de la cryothérapie a certes évolué mais c’est surtout l’évolution des connaissances physiologiques qui nous permet de mieux comprendre les effets et de définir les divers champs et modes d’applications.

Fonctionnement

Le froid peut entraîner un ralentissement de la conduction nerveuse pour autant que la température cutanée soit amenée en dessous de 15° C.

Anti-inflammatoire

L’application rapide de froid engendre une diminution de la production des neurotransmetteurs responsables de l’inflammation. Cela permet de diminuer de 70 à 80 % la quantité de substances provoquant la douleur, résultant en une réaction inflammatoire moins intense.

Effet neurologique

Comme nous l’avons déjà vu, le froid peut aboutir à l’analgésie à condition d’atteindre des températures inférieurs à 15° C. Le froid diminue également, temporairement, la spasticité musculaire ce qui permet de faire une mobilisation de l’articulation.

Réactions vasomotrices

Le refroidissement tissulaire provoque une rapide vasoconstriction artériolaire et capillaire obtenue par voie réflexe (thermorégulation). Il s’agit d’un mécanisme de sécurité. Si l’application de froid est maintenue suffisamment longtemps, elle est suivie d’une vasodilatation. Cette vasodilatation paradoxale correspond à une hyperhémie de protection. Si l’exposition est encore prolongée, des périodes de vasodilatation et vasoconstriction s’alternent. Ce phénomène est appelé »Hunting Reaction » ou »Echappement ».

Application

Le ShockMaster ICE-CT avec infrarouge représente une réelle révolution puisqu’il permet d’automatiser le paramétrage. En effet, grâce à son système de mesure de la température cutanée et son ajustement automatique du débit d’air, il suffit de sélectionner la température souhaitée et ainsi l’appareil ajuste automatiquement tous les paramètres et ce, quelque soit la distance.
Quelque soit la technologie et/ou le moyen physique utilisé la cryothérapie se réalise toujours en deux étapes :

  • La première étape est la création du CHOC THERMIQUE, c’est-à-dire l’abaissement de la température cutanée le plus rapidement possible. Il est important que ce choc apparaisse le plus rapidement possible afin d’éviter toute adaptation et mis en place de mécanismes de défense. Idéalement, il doit apparaître en moins de 3 minutes et si l’on veut obtenir des réactions »neuro réflexes ».
  • La deuxième étape est la stabilisation de la température. Elle sert à créer et amplifier la »Hunting Reaction » ainsi que refroidir le tissu musculaire (qui est plus en profondeur et possède une certaine »masse ») afin de l’utiliser comme »accumulateur » et ainsi faire perdurer les effets de la cryothérapie au-delà de la fin du traitement. Le problème, ici, sera de stabiliser la température cutanée de manière à obtenir les effets de la cryothérapie sans un avoir les risques conséquents à l’utilisation de trop faible température cutanée. L’idéal est 12°C.
Indications

– Traumatologie et médecine sportive
– Elongations, déchirures, claquages, bursites, tendinopathie,…
– Contractures musculaires, spasticité
– Rhumatologie
– Arthrose, arthrite,…
– Thérapie par ondes de choc
– Douleurs